FAIS UN VOEU

Tout sur Bless
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Inrocks du 13 juin 2006

Aller en bas 
AuteurMessage
Sophie
Admin
avatar

Nombre de messages : 494
Age : 45
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: Les Inrocks du 13 juin 2006   Lun 9 Oct - 19:01

Femme Lascive
Premier album néo-rétro audacieux de Bless, qui chatouille en mélodies tabous et non-dits.
En surface, le premier essai de la française Benedicte Bless pourrait juste résonner comme une adaptation appliquée de l’univers ouaté des sixties, friand de voix limpides, mélancoliques ou sensuelles, nimbées ici et là de guitares anglo-saxonnes. En profondeur, l’exercice auquel se livre la Parisienne se révèle bien moins simple. L’écoute des quinze titres de l’album déroute, brouille sens et repères du temps. L’ouïe est ainsi rapidement gagnée par cette impression étrange qui fait basculer une micro-seconde de présent dans la masse des souvenirs. Pourtant, aucune empreinte passée de cette jeune chanteuse errante – qui s’est essayée tour à tour au théatre, à la sculpture et à l’écriture – avant cet album éponyme, si ce n’est un bref passage sous le nom de Bénédicte sur la première compilation CQFD avec le titre Mad Witches, et une collaboration avec son ami DJ Cam. Si les mélodies de cette autodidacte marquent aussi nettement l’inconscient, c’est parce qu’elles convoquent avec une aisance rare quelques nobles références de la chanson française. Difficile en effet d’ignorer l’hommage appuyé à Gainsbourg dans le titre Ce Plaisir (ne m’est pas donné) et ses paroles plus qu’éloquentes ("je vais, tu viens/Ton corps glisse entre mes mains/Je viens, tu vois/Mon corps coule entre tes doigts").
Difficile également de ne pas discerner dans ses charmes vocaux la trace de ses aînées. Bless peut ainsi parer son timbre d’habillages suaves ou charnels, à la manière d’une Françoise Hardy découvrant son côté lubrique (Femme Lascive) et dopée aux arrangements d’un fameux duo versaillais (Invisible Star).
Sous la plume torturée, sa voix prend des airs presque inquiétants, renvoyant par l’entremise d’anecdotes anodines aux angoisses existentielles de tout-un-chacun, de la simple nostalgie (Toutes sortes de choses) aux affres de la simulation sexuelle. Un album ulcéreux et schizophrène, lumineux et tourmenté, qui frôle l’hémorragie à chaque volute de synthé.
Anne-Cécile Lourenço

_________________
Je préfère jouer sans simuler...

Si j'écris des histoires, c'est pour contourner la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bless-femmelascive.megabb.com
 
Les Inrocks du 13 juin 2006
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BOOTLEG du Mardi 28 Juin
» Examen Individuel Union d'Anjou au May - 9 juin 2006
» DESILLUSION - Live Team Pub - 10 Juin 2006
» Vos découvertes du mois (Juin 2006)
» "Jazz au coeur" Issy juin 2006 C.Langlois et vleb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAIS UN VOEU :: TOUT SUR BLESS :: Bless dans les médias :: Dans la presse-
Sauter vers: